Le chef d’équipe de Rossi critique l’adoption de nouveaux moteurs surpuissants

Jeremey Burgess, chef d’équipe de Valentino Rossi, n’est pas enchanté des nouveaux moteurs de 1 000 cc.

« Plus gros n’est pas toujours le meilleur », selon Jeremy Burgess, chef d’équipe de Valentino Rossi.

Cette saison, la grande nouvelle en MotoGP, c’est l’adoption de nouveaux moteurs encore plus puissants de 1 000 cc, remplaçant les 800 cc. Mais selon une entrevue du Adelaide Advertiser, Burgess a critiqué le nouveau standard, ajoutant que « c’est de la folie. »

Pourquoi Burgess n’est-il pas enchanté des ces gros moteurs? Il s’inquiète des vitesses plus élévées à laquelle les pilotes évolueront sur piste, indiquant qu’ils seront capables d’atteindre 360 km/h lors du sillonage en ligne droite, avec un vent de dos. Si l’on considère que précédemment, la capacité des moteurs avait été réduite de 990 cc à 800 cc car les vitesses de 340 km/h avaient été jugées trop élevées. On commence à comprendre la raison de l’inquiétude de Burgess.

Ce n’est pas seulement les vitesses élevées qui dérangent Burgess. Selon lui, le nouveau standard de 1 000 cc découragera plusieurs fabricants de participer car ils ne sont pas intéressés à développer de nouvelles motos de 1 000 cc. Burgess estime que la série devrait être limitée à 600 cc, forçant les fabricants à obtenir plus de puissance de moteurs plus petits. Selon lui, ces gros moteurs sont des « moteurs d’automobiles. »

Est-ce que Burgess se fera entendre? Pour l’instant, c’est incertain, mais nul ne peut ignorer sa longue histoire avec la MotoGP. Au cours de ses 33 ans de carrière dans la MotoGP, Burgess a collaboré avec des compétiteurs de calibre,tel que Wayne Gardner et Mick Doohan. Il leur a offert des conseils, leur permettant de gagner plusieurs courses. Mais maintenant, pour la première fois de sa carrière, il a de sérieuses craintes en regard avec l’avenir de la MotoGP, et il n’est pas le seul technicien sur le circuit à avoir ces convictions.

 

Join the conversation!